retour
25.03.2020

COVID-19 ou le home office selon FAIRTIQ

Chez FAIRTIQ, nous n’avons pas attendu l’arrivée du COVID-19 pour intégrer des termes tels que « télétravail » ou « home office » à notre vocabulaire. La flexibilité a toujours été un concept important pour nous à de nombreux égards. Toutefois, il y a une grande différence entre avoir une poignée d’employés qui travaillent depuis chez eux ou 50 personnes d’un coup. Curieux de savoir comment nous nous organisons ? Dans cet article, nous vous offrons un petit aperçu de notre monde virtuel. 

Les outils sont une aide — à condition de les utiliser correctement 

Il existe une multitude d’outils et chaque jour amène son lot de nouveautés. Mais quels sont ceux qui sont véritablement utiles ? Il n’y a pas de réponse universelle : tout dépend de vos besoins. Chez FAIRTIQ, nous utilisons des solutions telles que G Suite, Slack, Asana ou Confluence — en période de pandémie comme en temps normal. La manière dont ces outils sont utilisés est au moins aussi importante que les outils eux-mêmes. En effet, nous sommes convaincus que le travail à distance nécessite des compétences et des modes de réflexion différents de celui en bureau. C’est quelque chose qui s’apprend et nous, l’équipe FAIRTIQ, nous en sommes la meilleure des preuves. 

Distanciation sociale : oui, isolement : non

Chez FAIRTIQ, nous sommes comme (presque) tout le monde : nous adorons les contacts sociaux. Nous faisons donc de notre mieux pour maintenir ces moments d’échange dans notre monde numérique. Nous utilisons par exemple Slack et notre canal #coffeeplace pour organiser des pauses café communes sur Hangouts Meet et avons remplacé nos légendaires matchs de baby-foot par des parties du jeu vidéo « Worms ». 

Premières leçons de notre équipe

Le télétravail généralisé n’est peut-être officiellement en vigueur que depuis quelques jours, mais nous en avons d’ores et déjà tiré plusieurs leçons. Trois membres de notre équipe ont accepté de partager les questions qu’ils se posent ainsi que les opportunités et craintes qu’ils associent à ce mode de travail. 

Eli — Mobile Developer

Presque tout le monde dans l’équipe sait que je suis un grand adepte du travail à distance. J’essaie de profiter au maximum de la liberté que nous offre FAIRTIQ en travaillant depuis chez moi (ou depuis n’importe où en réalité). Ce mode de travail nécessite un état d’esprit différent et un certain nombre de compétences supplémentaires, mais c’est quelque chose dont j’ai l’habitude et que j’adore. Pourtant, cette fois-ci, ce n’est pas toujours aussi facile. 

Tout d’abord, il faut dire que les circonstances sont différentes. Une de mes règles d’or est qu’il faut garder une séparation claire entre temps de travail et temps personnel. Notre cerveau a besoin de ces moments de déconnexion pour se reposer et récupérer. Mais en ce moment, une fois le travail terminé, on est obligé de rester chez soi. J’essaie de compenser en changeant un peu ma routine, par exemple, en passant plus de temps à cuisiner ou à jouer de la guitare et en remplaçant ma séance de jogging par des exercices à l’intérieur.

Je trouve aussi qu’il est difficile de se concentrer quand on est dans un tel état d’alerte. On reçoit sans cesse de nouvelles informations via les médias ou nos groupes de discussion et même quand on s’arrête pour manger, la situation reste le principal sujet de conversation. Il est important d’être indulgent avec soi-même et de se rappeler que ce n’est pas grave si l’on n’est pas tout à fait aussi productif que d’habitude en cette période particulière. Même les personnes qui font du télétravail depuis des années sont confrontées à ce problème.

Je reste malgré tout optimiste. C’est dommage que tant d’entreprises aient été contraintes de se mettre au télétravail alors qu’elles n’y étaient pas suffisamment préparées. Dans ce type de situation, il est important de faire preuve d’empathie vis-à-vis de nos collègues et de ne pas avoir peur de demander de l’aide. C’est une occasion unique de nous familiariser avec de nouveaux modes de communication et d’encore améliorer la confiance au sein de nos équipes, car pour ma part, j’espère de tout cœur que le travail à distance ne va pas disparaître avec la pandémie.

Julian — Business Development Asia

Je vis à Singapour et travaille à distance pour FAIRTIQ depuis mars 2019. Je me rappelle avoir tenu une conférence téléphonique dans une station de métro à Tokyo et une autre dans un café de Bangalore. Ma plus grande peur est de me sentir seul. Comme j’ai mon bureau dans un espace de « coworking », j’ai de nombreux collègues ; ils travaillent simplement pour d’autres entreprises. J’aime aussi échanger chaque jour avec mes collègues qui se trouvent en Suisse. La technologie a révolutionné notre façon de travailler et je suis heureux d’être employé chez FAIRTIQ. C’est l’entreprise la plus flexible pour laquelle j’ai travaillé jusqu’à présent. 

Reto — Business Development 

Sommes-nous capables de gagner la confiance de nouveaux partenaires et de soigner nos relations existantes sans aucune réunion en chair et en os pendant une période prolongée ? À l’heure où l’ensemble des visites de clients, salons et autres événements sont annulés ou reportés, ce sont des questions que l’on se pose forcément. 

Jusqu’à présent, ce passage éclair à la vidéoconférence s’est plutôt bien passé pour nous. Lorsque l’on dispose d’une connexion performante et d’une bonne qualité d’image et de son, les conditions sont très proches de celles des réunions en « live ». Il est aussi important de garder suffisamment de place pour les choses qui ne sont pas strictement liées aux affaires, par exemple, en prenant le temps de boire un café ensemble pendant un workshop. Ces moments partagés sont essentiels et il faut veiller à ce qu’ils gardent une place fixe dans les séances et ateliers en ligne, en particulier lorsque ceux-ci durent longtemps. Nous allons même bientôt tester une collation à distance avec un de nos clients. 

Et pour nos partenaires qui ne peuvent pas utiliser les mêmes outils que nous pour des raisons de gouvernance IT, nous trouvons d’autres alternatives ou retournons à la traditionnelle conférence téléphonique. 

Comprendre pour mieux s’adapter

Afin de savoir comment toute l’équipe FAIRTIQ vit cette période de home office, nous procédons régulièrement à des sondages à l’aide de Google Forms. Notre première enquête a par exemple révélé que près de 29,2 % d’entre nous estiment être plus efficaces en télétravail, 58,3 % trouvent que leur efficacité est au même niveau que d’habitude et 12,5 % constatent qu’ils sont moins performants. Pour savoir ce que nous comptons faire de ces résultats, rendez-vous dans notre prochain article. 

👉Vous avez des conseils à partager avec nous en matière de télétravail ou vous souhaitez en apprendre davantage sur un sujet particulier ? Écrivez-nous à feedback@fairtiq.com. Nous nous réjouissons de vous lire – maintenant plus que jamais😉

Catégories: