retour
07.04.2020

Je dois me déplacer. Que faire ?

« Restez à la maison. » Le message des autorités est clair et sans équivoque. À l’heure du coronavirus, rester chez soi autant que possible paraît logique. Mais même en cette période si particulière, on est parfois encore obligé de se rendre d’un point A à un point B (et nous ne parlons pas du trajet quotidien de la cuisine au salon). Quels sont les moyens de transport envisageables et à quoi faut-il faire attention ? Nous décortiquons avec vous les différentes possibilités : 

À pied ou à vélo

Les modes de transport phares du moment sont nos propres pieds et le vélo — électrique ou non. Heureusement pour nous, le printemps est arrivé, amenant avec lui des températures plus agréables. Si vous faites partie des personnes dont le vélo est encore à la cave et a besoin d’être révisé par un spécialiste de toute urgence, pas d’inquiétude : même si les magasins de vélos ont dû fermer leurs portes et ne peuvent donc ni vendre ni conseiller, les ateliers de réparation, eux, ont encore le droit d’exercer. De nombreux commerçants fournissent des informations sur la manière de contacter le personnel des ateliers directement sur leur site web ou sur la porte de leur boutique. 

Et pour celles et ceux qui ne sont pas encore équipés, il reste la possibilité d’emprunter dans le voisinage, en veillant toutefois à bien respecter la distance recommandée de deux mètres au moment de l’échange : le voisin qui prête son vélo dépose ce dernier et recule de quelques pas et ensuite seulement, l’autre personne s’approche pour récupérer l’engin. Dernière recommandation : désinfecter immédiatement la selle et l’ensemble du guidon. 

En transports publics

Mais que faire lorsqu’il pleut des cordes, que quelque chose nous empêche de faire du vélo ou que la distance de A à B est tout simplement trop importante ? Les transports publics maintiennent leur offre — même de manière limitée. Beaucoup d’entreprises ont prévu des informations spéciales pour leurs usagers sur leurs sites web. C’est par exemple le cas de nos partenaires, les TPF. Ces sites sont l’endroit idéal pour en apprendre davantage sur l’ouverture automatique des portes aux arrêts ou la désinfection et le nettoyage intensif des véhicules. 

Voici quelques points à ne pas oublier en cas de voyage en train, en bus ou en tram : 

  • Lorsque vous attendez à un arrêt, que vous montez ou descendez du véhicule ou que vous prenez place, gardez vos distances avec les autres personnes. 
  • Touchez le moins de boutons et de surfaces possibles et désinfectez-vous les mains après.
  • Voyagez en dehors des heures de pointe. 
  • Planifiez votre voyage et vérifiez l’horaire, car les transports publics circulent actuellement de manière restreinte. 

Ces recommandations émanent de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et peuvent être consultées ici. Elles ne sont évidemment pas réservées aux transports publics suisses. P.S. En achetant votre billet avec l’app FAIRTIQ, vous voyagez tranquillement sans avoir à toucher l’automate à billets. Le fonctionnement est simple : téléchargez l’app FAIRTIQ et activez-la avant de monter à bord du véhicule, puis appuyez sur STOP une fois arrivé à destination. Vous trouverez toutes les instructions ici

En voiture

Plusieurs plateformes de car sharing proposent de louer une voiture pour une certaine durée. Les grandes entreprises du domaine telles que Mobility disposent d’un important réseau de véhicules répartis dans toute la Suisse. Afin de ne pas mettre en danger les clients, les véhicules sont régulièrement nettoyés et désinfectés. Il reste toutefois recommandé de porter des gants jetables et de désinfecter le volant, le levier de vitesse et toutes les poignées que l’on doit toucher lorsque l’on prend possession de la voiture. 

Une autre possibilité — qui peut toutefois se révéler un peu plus coûteuse — est le taxi. Plusieurs entreprises semblent s’être adaptées à la situation et avoir pris des mesures de sécurité. Le mieux est de contacter l’entreprise choisie avant le voyage afin de demander quelles sont les précautions mises en place. 

Passer au numérique ou remettre à plus tard

Et si toutes ces options restent trop risquées à votre goût, tentez la réunion à distance. Bien sûr, la technologie n’est pas la solution à tout, mais c’est bien connu : la nécessité est mère de l’invention et de nombreuses choses peuvent aujourd’hui être réglées par vidéoconférence ou par téléphone. Les outils pour cela sont légion. On peut par exemple passer des appels vidéo avec l’application Whatsapp, dans Facebook Messenger ou encore via Jitsi, Google Duo, Houseparty ou Zoom. Si l’installation ou l’utilisation de ces services vous donne du fil à retordre, peut-être pourrez-vous obtenir de l’aide à distance grâce à des programmes tels que Teamviewer

Pour terminer, si tout cela ne suffit pas, il reste la possibilité de remettre certaines choses à plus tard — au moins pour quelques semaines. Même si ce n’est pas toujours idéal, c’est un choix que tout le monde comprend, aujourd’hui plus que jamais.  

Au final, que vous optiez pour le vélo, la voiture ou le train...

N’oubliez pas ces quelques règles :

  • Veillez à prévoir suffisamment de temps pour faire les recherches nécessaires et pour préparer votre déplacement (vérifier l’horaire, désinfecter le vélo du voisin, téléphoner à l’entreprise de taxi, etc.). 
  • Lavez-vous soigneusement les mains dès votre arrivée à destination et votre retour à la maison. 

Toutes ces recommandations visent à limiter le plus possible le risque de contagion, mais la meilleure des protections est toujours de rester chez vous.

Catégories: