retour
13.07.2020

Verkehrsverbund Rhein-Sieg, essai pilote prolongé jusqu’à l’été 2021

Sascha Triemer, responsable tarifs et ventes de la société Verkehrsverbund Rhein-Sieg GmbH ©VRS GmbH/Smilla Dankert


L’application FTQ Lab a été lancée en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en avril 2019, dans le cadre d’un essai pilote visant à soutenir la révolution numérique dans le secteur des transports. Quelque 175.000 voyages et 8.800 utilisateurs plus tard, l’essai vient d’être prolongé jusqu’à l’été 2021. L’étude de marché réalisée à l’aide de l’app FAIRTIQ a montré que le tarif basé sur la distance à vol d’oiseau proposé dans la communauté tarifaire Verkehrsverbund Rhein-Sieg (VRS) est considéré comme juste par 80 % des personnes l’ayant testé. Celui-ci est calculé à partir d’un prix de base de 1,50 € auquel s’ajoutent 15 centimes pour chaque kilomètre entamé. Le plafond journalier est fixé à 15 €. 

Le succès rencontré par l’app FAIRTIQ dans la région nous a donné envie de nous entretenir avec la direction du projet à Cologne. Rencontre avec Sascha Triemer, responsable des tarifs et des ventes chez VRS GmbH :

 

Voilà plus d’un an que notre projet pilote a démarré. Comment cela se passe-t-il jusqu’à présent ?

Sascha Triemer: 

La collaboration avec FAIRTIQ se passe très bien. L’app nous a permis de présenter une solution numérique à nos clients, mais aussi de mettre en place une nouvelle offre en matière de tarif — le tarif à vol d’oiseau.

Lorsque l’on a lancé le projet, c’était une solution encore relativement inhabituelle en Allemagne et quelque chose d’entièrement nouveau pour nous. Nous avons été très surpris par les échos extrêmement positifs de nos clients. Ce qui nous a particulièrement frappés, c’est le fait que les utilisateurs participant à l’essai voyagent davantage qu’auparavant et plus souvent que les groupes témoins.



Qu’est-ce qui vous a fait choisir FAIRTIQ plutôt qu’une autre solution ?

Sascha Triemer: 

Pour nous, le plus important était de trouver une technologie fiable, car les solutions basées sur le principe « check-in/check-out » sont souvent problématiques dans les zones rurales ou le métro, où l’on n’a pas toujours accès à Internet. Avec FAIRTIQ, ça a bien fonctionné.

Dans le fond, notre décision a été purement instinctive. Nous connaissions déjà quelques solutions disponibles sur le marché et nous avons découvert FAIRTIQ lors d’un salon destiné aux professionnels de la branche. Nous nous sommes rapidement rendu compte que cette entreprise nous fournirait une bonne base pour un partenariat axé sur la recherche et le développement.

FAIRTIQ pense vraiment au confort du client : vous avez une app simple et fiable qui vous permet de voyager sans contact ni argent liquide selon un système tarifaire juste et tout ça sans avoir besoin de savoir quoi que ce soit au sujet des tarifs. Cela rend l’achat de billets vraiment plus agréable pour nos clients.


©VRS GmbH/Smilla Dankert


Quelles opportunités voyez-vous pour la billetterie numérique face à la pandémie de coronavirus ? Les besoins des clients ont-ils changé ?

Sascha Triemer: 

La billetterie numérique constitue une solution particulièrement intéressante à l’heure du coronavirus, notamment en termes d’hygiène. Elle permet de voyager sans avoir à toucher aux automates à billets. Les études que nous avons menées montrent que le comportement des clients pourrait changer durablement. Beaucoup ont adopté le télétravail pour le long terme. Les prochaines années seront sans aucun doute intéressantes. 


Selon vous, quels sont les avantages du tarif à vol d’oiseau pour les entreprises de transports publics ?

Sascha Triemer: 

Dans le cas des tarifs basés sur la distance à vol d’oiseau, comme pour tous les tarifs électroniques, la simplicité de l’enregistrement des données représente un atout pour les entreprises. Dans notre cas, nous avons fait ce choix en nous mettant entièrement à la place du client. À mon avis, cette solution offre surtout des avantages aux passagers, car le tarif est juste et facile à comprendre et le prix final n’augmente pas brusquement durant le trajet. 


Pensez-vous que ce modèle remplacera un jour le tarif normal dans votre communauté tarifaire ? 

Sascha Triemer: 

Honnêtement, je ne le pense pas. Je considère plutôt le tarif basé sur la distance à vol d’oiseau comme un complément à notre offre ordinaire ; il s’adresse principalement à des usagers occasionnels.

Certaines personnes — pas forcément les plus âgées d’ailleurs — ne veulent pas du numérique et nous n’avons ni le luxe ni l’envie de perdre une partie de notre clientèle. C’est pourquoi nous devons offrir différentes possibilités. Le tarif à vol d’oiseau pourrait en revanche devenir l’unique tarif pour les billets numériques par exemple. 


Que manque-t-il encore pour que VRS et ses entreprises partenaires soient prêtes à conclure un partenariat à long terme avec FAIRTIQ ?

Sascha Triemer: 

Ce qui nous manque, c’est une décision des 25 entreprises de transport de la région. C’est à elles que reviennent les décisions concernant les ventes et non pas à nous en tant que communauté tarifaire. Elles devront décider de la manière dont elles souhaitent procéder à l’été 2021. 


Quelles ont été les réactions de vos clients jusqu’à présent ?

Sascha Triemer: 

Les commentaires sont très positifs, on nous a fait beaucoup de compliments. De nombreux clients aimeraient continuer à utiliser FAIRTIQ à l’avenir, même une fois la phase de test terminée. L’étude que nous avons réalisée avec FAIRTIQ a montré un très haut degré de satisfaction et reçu d’excellentes notes des participants. La simplicité de la procédure d’enregistrement et le rappel lorsque l’on oublie de mettre fin au trajet ont fait l’objet d’évaluations particulièrement positives. 


©VRS GmbH/Smilla Dankert


Pour finir, comment expliqueriez-vous le fonctionnement de FAIRTIQ à une personne qui n’a pas l’habitude de ce type de technologie ?

Sascha Triemer: 

Tout d’abord, nous sommes très heureux de dire que 16 % de nos utilisateurs qui testent actuellement FAIRTIQ ont plus de 65 ans. On entend souvent dire que les  projets de ce type discriminent les personnes âgées. L’étude que nous avons réalisée prouve que ce n’est pas le cas ici.

Selon moi, FAIRTIQ est la manière la plus simple qui soit d’acheter son billet : il suffit de télécharger l’app, de s’enregistrer et de cliquer une fois avant de commencer son voyage et une autre après être arrivé à destination. 

 

Découvrez ici une petite sélection de commentaires livrés par les participants à l’essai pilote dans la communauté tarifaire de Rhein-Sieg :


« J’habite à la limite entre deux zones tarifaires. Je suis donc particulièrement ravi de cette solution, car elle répond parfaitement à mes besoins. J’espère qu’elle sera mise en place de manière permanente. »

 

« Plus besoin de réfléchir à l’avance pour trouver le bon tarif, de faire la queue à l’automate ou de chercher sa monnaie ! Prendre le train devient un véritable plaisir ! »

 

« L’application fonctionne super bien, la facturation est géniale et j’économise sur mes voyages — que du positif. J’espère que cela restera comme ça et que l’app sera mise en place de manière définitive après la phase d’essai. »

 

« Avant, j’étais sans arrêt en train de me demander “est-ce que j’ai le bon billet pour ce trajet ?” Avec le tarif électronique, c’est du passé. Je trouve ce système particulièrement juste : on paie simplement pour le voyage effectué. »

 

Un grand merci pour cette interview. Nous nous réjouissons de découvrir quelle forme prendra notre partenariat avec VRS et ses membres dans le futur !


Catégories: