Télécharger l’application gratuitement
retour
04.05.2022

L’app FAIRTIQ : un outil en constante amélioration


Au cours des huit derniers mois, le nombre de trajets réalisés avec l’app FAIRTIQ est passé de 30 millions à 50 millions. Alors que ces deux dernières années, les bus et les trains se sont vidés en raison des mesures sanitaires et de l’essor du télétravail, l’utilisation de l’application, elle, a continué de grimper.

« Ces 50 millions de trajets sont une preuve impressionnante de la précision avec laquelle notre solution répond aux besoins de nos partenaires et de leurs passagères et passagers. » – Gian-Mattia Schucan, CEO de FAIRTIQ 

La fin avril 2022 a marqué le sixième anniversaire de FAIRTIQ, dont la technologie assure aujourd’hui près de 100 000 trajets chaque jour. Si l’histoire de l’entreprise vous intéresse, ne manquez pas cet article, qui retrace ses débuts.


L’expansion géographique de FAIRTIQ en 2021 a notamment conduit à une forte augmentation du nombre de trajets réalisés avec l’app

FAIRTIQ doit en partie sa croissance fulgurante aux grandes régions allemandes et françaises qui ont rejoint la liste de ses partenaires au cours des derniers mois et qui ont fait grimper en flèche le nombre de trajets effectués grâce à sa technologie. 


Au total, l’app FAIRTIQ permet actuellement de prendre le bus ou le train sans contact dans plus de 40 régions

Au cours des six derniers mois, l’app FAIRTIQ est entrée en service dans le Land le plus peuplé d’Allemagne, la Rhénanie-du-Nord–Westphalie, ainsi que dans les environs de Fribourg-en-Brisgau, Karlsruhe, Aschaffenburg et Ingelheim. En avril 2022, elle a également étendu son rayon de validité à l’Occitanie et à la Nouvelle Aquitaine, suite à la forte demande constatée lors des projets pilotes menés dans ces deux régions.



« Depuis le début de la pandémie, nous constatons que de plus en plus de personnes privilégient les solutions sans contact pour leurs déplacements. FAIRTIQ a également séduit de nombreux travailleurs et travailleuses qui se rendent désormais moins souvent au bureau et veulent donc une alternative aux abonnements. » – Anne Mellano, Chief Business Officer chez FAIRTIQ 

Grâce au système de plafonnement intégré à l’app, les utilisateurs et utilisatrices paient uniquement les trajets qu’ils effectuent vraiment : ils ne déboursent jamais plus que le prix d’une carte journalière au cours d’une journée et certaines régions leur proposent même déjà des plafonds hebdomadaires ou mensuels. Pour en savoir plus, découvrez par exemple notre article sur le projet pilote de plafonnement mensuel mené en collaboration avec la Compagnie Générale de Navigation sur le Lac Léman (CGN). 



FAIRTIQ développe constamment son système et poursuit son expansion internationale

En 2021, les ventes de billets réalisées via FAIRTIQ ont dépassé les 100 millions de francs suisses et le nombre de personnes ayant effectué au moins un trajet avec la technologie a progressé de près de 70 %, atteignant finalement 380 000 personnes. Cette belle avancée est notamment due à l’expansion internationale de la start-up : au cours des derniers mois, celle-ci a mis en service sa technologie dans cinq nouvelles régions en Suisse et en Allemagne et a lancé plusieurs projets pilotes en France, en Belgique et en Angleterre. Elle vient par ailleurs tout juste d’en débuter un nouveau à Berlin avec la société BVG

« Nous sommes fiers d’avoir pu nous développer de manière aussi dynamique malgré la pandémie et de contribuer à inciter les passagères et passagers à reprendre les transports publics aux côtés de nos entreprises de transport partenaires. » – Gian-Mattia Schucan 


À quoi ressemble l’avenir pour FAIRTIQ ?

Quand on l’interroge sur ses objectifs pour 2022, Gian-Mattia Schucan répond : « En plus de poursuivre notre expansion en dehors du monde germanophone, nous continuerons de nous concentrer sur la facilité d’utilisation. » L’équipe travaille actuellement sur de nouveaux modèles tarifaires et prépare des fonctionnalités supplémentaires pour l’app qui permettront par exemple aux voyageurs et voyageuses de prendre un autre passager avec eux.


Pour ce nouveau plongeon dans les coulisses de FAIRTIQ, notre ingénieur et Travel Squad Lead Aubry Cholleton nous explique en quoi la croissance de FAIRTIQ est étroitement liée à l’amélioration de l’app :


Quel est ton rôle chez FAIRTIQ ?

Aubry Cholleton: 

Je dirige une équipe de huit ingénieurs, ingénieures, chercheurs et chercheuses pleins de talent. Ensemble, nous travaillons sur le « cerveau » de l’app. Nous développons des algorithmes qui associent des méthodes d’optimisation et des techniques de machine learning ultramodernes afin de déterminer automatiquement les trains et bus pris par nos utilisateurs et utilisatrices grâce aux données collectées par les capteurs de leurs smartphones. Bien entendu, ce processus a lieu de façon strictement anonyme. 


Qu’est-ce qui te plaît dans l’app FAIRTIQ ?

Aubry Cholleton: 

L’app FAIRTIQ a changé ma relation avec les transports publics et la mobilité en général. J’adore me dire que je peux monter dans n’importe quel bus ou train pour aller faire du ski ou de la randonnée sans jamais devoir réfléchir à l’avance au billet que je devrai acheter et en ayant toujours la certitude que j’obtiendrai le meilleur tarif ! 


En quoi l’app devient-elle encore plus facile d’utilisation ?

Aubry Cholleton: 

Nous apportons tous les jours de nouvelles améliorations pour faciliter la vie de nos utilisateurs et utilisatrices. Le premier exemple qui me vient à l’esprit est la fonction Smart Stop : nous avons remarqué qu’il était difficile pour les voyageurs et voyageuses de toujours se rappeler de mettre fin à leur trajet dans l’app et nous avons donc développé un système qui détecte automatiquement quand un trajet est terminé et les libère totalement de cette obligation.



Comment faites-vous pour connaître les besoins et désirs des utilisateurs et utilisatrices ?

Aubry Cholleton: 

Les ingénieurs et ingénieures de FAIRTIQ doivent toujours être au courant des préoccupations et attentes des utilisateurs et utilisatrices. C’est la clé de notre succès. Ils utilisent les commentaires recueillis via l’application et sont aussi en contact direct avec le service clientèle, qui leur transmet tous les problèmes qu’il identifie pour une analyse minutieuse. Ils travaillent aussi en étroite collaboration avec une équipe spéciale de product owners afin de garantir que ce que nous développons répond réellement aux besoins des passagers et passagères. 


Vous dites que plus l’app enregistre de trajets, plus elle s’améliore. Pourquoi ?

Aubry Cholleton: 

Les algorithmes que nous avons mis au point pour détecter les véhicules pris par nos utilisateurs et utilisatrices sont capables d’apprendre et de s’améliorer automatiquement en observant des exemples de trajets. Si on leur donne de nombreux exemples d’un certain trajet en tram, ils apprendront à mieux reconnaître ce trajet à l’avenir. Ainsi, plus les gens voyagent, plus notre système s’améliore et inversement, plus notre système s’améliore, plus les gens voudront voyager avec FAIRTIQ ! Nous veillons bien entendu à utiliser exclusivement des données anonymisées pour l’amélioration de notre système, car le respect de la vie privée de nos utilisateurs et utilisatrices est pour nous une priorité.


En quoi est-ce un avantage que l’app fonctionne dans différents pays ?

Aubry Cholleton: 

Chaque région a des caractéristiques et des défis qui lui sont propres et c’est notre travail de faire en sorte que chaque personne bénéficie de la meilleure expérience possible, où qu’elle se trouve. Certaines zones urbaines pourront par exemple nous pousser à améliorer le fonctionnement de l’app dans le métro, et des régions montagneuses la détection des trajets en téléphérique. Au final, chacun de ces défis nous aidera à proposer une meilleure app partout.


Merci pour cet entretien !

Contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur les possibilités de collaboration avec FAIRTIQ :


👉 Cliquez ici pour vous abonner à la newsletter destinée à nos partenaires

Catégories: